Medelys Laboratoires International Inc. Lun - Ven : 9.00 - 17.00 | Sam/Dim : FERMÉ
(514) 631-1212 COMMANDER CONTACTEZ-NOUS

Qu’est-ce que Krilex?

La puissance curative de l’océan

Bouteille KrilexUne découverte québécoise qui contribue au maintien de notre qualité de vie. Une excellente alternative pour ceux et celles qui ne consomment pas régulièrement de poisson.

Krilex est un produit de santé naturel fait intégralement de krill entier lyophilisé et encapsulé. Présenté en capsules végétales, Krilex assure une biodisponibilité maximale.

Krilex c’est du krill intégral de l’espèce Euphausia pacifica, pêché dans les eaux froides de l’océan Pacifique Nord, en territoire canadien et dans une zone non contaminée. Toutes les précautions sont prises pour conserver le krill entier et intact. Le krill fraîchement pêché est immédiatement congelé, puis lyophilisé à très basse température sans utilisation de chaleur. La lyophilisation est le meilleur procédé de conservation des aliments et des produits de santé naturels. Le krill entier lyophilisé est gardé cru, concentré et non dénaturé. Le produit final conserve toutes les propriétés du krill fraîchement pêché.

Il faut combiner plusieurs aliments terrestres ou produits de santé naturels pour obtenir une valeur nutritive de cette qualité et un regroupement de nutriments essentiels aussi variés. En consommant du krill entier, nous allons chercher ce que le saumon consomme pour avoir ses oméga-3, les autres nutriments essentiels à sa croissance et sa couleur rosée. C’est aller directement à la source.

Pourquoi le krill intégral est aussi nutritif

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

DESCRIPTION DES INGRÉDIENTS ACTIFS HOMOLOGUÉS

Chaque capsule de Krilex contient du krill entier lyophilisé fournissant des oméga-3 EPA et DHA, de l’iode, du sélénium, du cuivre et de la bêta-carotène comme ingrédients actifs homologués.

Acides gras oméga-3 EPA et DHA

Krilex présente les acides gras oméga-3 EPA et DHA sous les formes d’acide gras libres, de triglycérides et de phospholipides, ce qui multiplie les formes moléculaires des acides gras oméga-3 qui sont actives métaboliquement dans l’organisme en comparaison avec les extraits d’huile qui, pour la plupart, les présentent sous la forme de triglycérides seulement.

De plus, Krilex est essentiel à l’équilibre des interactions entre les gras oméga-6 et oméga-3. Par exemple, Krilex contient davantage de gras oméga-3 que de gras oméga-6, soit 20 fois plus de gras oméga-3 que d’acide linoléique, un acide gras oméga-6 très présent dans notre alimentation moderne. L’acide linoléique inhibe par compétition l’activité des gras oméga-3. Contrairement à Krilex, les poissons riches en gras oméga-3 sont aussi riches en gras oméga-6 (1). Par conséquent Krilex est une source plus avantageuse de gras oméga-3 que les poissons, surtout les poissons d’élevage (1,2). Considérant que notre type d’alimentation fournit un excès de gras oméga-6, que le rapport oméga-6 / oméga-3 dans l’alimentation occidentale est déséquilibré et que celui-ci augmente le risque de maladies chroniques (3-7). La consommation régulière de Krilex est une option qui aide à rétablir l’équilibre entre les gras oméga-3 et oméga-6 ingérés et favorise ainsi un meilleur équilibre entre les super-hormones lipidiques qui en dérivent et qui jouent un rôle déterminant dans le maintien d’une bonne santé. Plus de 5,000 articles scientifiques expliquent les bienfaits sur la santé des produits marins riches en acides gras oméga-3. Les gras oméga-3 suscitent un intérêt pour deux raisons principales.

1. La consommation de poisson est d’une importance vitale durant toutes les phases de la vie. Les acides gras EPA et DHA sont des constituants de nos cellules. Le DHA est particulièrement abondant dans les cellules du cerveau, les neurones et dans les stations de relais nerveux, les synapses. On retrouve aussi ces acides gras dans les récepteurs visuels (rétine, cônes et bâtonnets), les surrénales et les glandes sexuelles. Le DHA fait partie des tissus de notre organisme les plus actifs biochimiquement (8-20).

2. Les études effectuées dans le monde entier confirment que les acides gras oméga-3 sont nécessaires au bon fonctionnement des systèmes vitaux (nerveux, cardiovasculaire, gastro-intestinal, respiratoire, reproducteur et immunitaire). Ils ont des effets favorables sur la composition des membranes cellulaires et sur de nombreux processus biochimiques de l’organisme, notamment la régulation de la tension artérielle, l’élasticité des vaisseaux, les réactions immunitaires et anti-inflammatoires et l’agrégation des plaquettes sanguines (16-63). Plus spécifiquement, les effets bénéfiques des oméga-3 d’origine marine ont été démontrés dans la prévention primaire et secondaire de nombreuses pathologies : la maladie coronarienne, les arythmies cardiaques, l’athérosclérose, les thromboses, les embolies, l’hypertension, l’hypercholestérolémie, le diabète type 2, les maladies inflammatoires (arthrite, rhumatisme, acné, eczéma, psoriasis, colite ulcérative, maladie de Crohn, etc.). Certains patients souffrant de maladies rénales, d’obstruction pulmonaire chronique, de cancer ou de troubles du comportement ont connu des bienfaits en consommant des oméga-3 EPA et DHA (21-63).

Iode

L’iode aide au bon fonctionnement de la glande thyroïde et à prévenir une carence en iode (64).

L’iode est essentiel à la formation des hormones thyroïdiennes qui, à leur tour, sont nécessaires au bon fonctionnement mental (65-68). L’utilisation clinique de l’iode et des hormones thyroïdiennes depuis des décennies a confirmé leurs effets bénéfiques en rapport avec la cognition et la santé mentale (65, 69-76). Les hormones thyroïdiennes et leurs dérivés distribuent l’iode dans tout l’organisme où il contribue à la régulation du métabolisme cellulaire et à la réponse inflammatoire (65-68,77). De plus, l’iode est un puissant antioxydant, le premier antioxydant à avoir été utilisé par les cellules depuis le début de l’apparition du monde vivant (78,79). L’iode ainsi que les hormones thyroïdiennes et leurs dérivés sont de puissants antioxydants et protègent les précieux gras oméga-3 contre leur détérioration par la peroxydation (67,80-83). En fait, ils sont plus puissants que les antioxydants tels que la vitamine E, le glutathion et la vitamine C (84-89). Plusieurs études scientifiques ont rapporté les effets bénéfiques de l’activité antioxydante des iodures dans le cas de diverses maladies chroniques (90-105).

Sélénium

Le sélénium est un oligo-élément dont l’activité antioxydante contribue au maintien d’une bonne santé (64). Il est un composant essentiel de diverses familles d’enzymes impliquées dans des réactions de réparation et dans la régulation des hormones thyroïdiennes (67,68,106). Il libère les iodures des hormones thyroïdiennes leur permettant ainsi d’exercer leur activité antioxydante (67,68,106).

Cuivre

Le cuivre est un oligo-élément métallique qui aide à la formation et à la réparation du tissu conjonctif (64). Il aide aussi à la formation des globules rouges (64). Des études scientifiques et médicales ont démontré qu’il joue un rôle physiologique crucial dans la formation des neurotransmetteurs ainsi que dans la formation de la myéline, l’enveloppe des nerfs périphériques et de la matière blanche du cerveau (107).

Bêta-carotène

La bêta-carotène est une source de vitamine A qui aide au maintien de la vue, de la peau, des membranes et des fonctions immunitaires ainsi qu’au développement et au maintien des os et des dents (64).

Le tableau 1 montre l’importance de Krilex comme source incomparable d’iode, de sélénium et de cuivre comparée à des groupes d’aliments communs et aux huiles de poisson. Par exemple, Krilex est le produit de consommation qui contient la plus grande quantité d’iode par gramme ; en consommer 2 grammes par jour (soit 6-7 capsules) rencontre les besoins quotidiens en iode d’un homme adulte. En comparaison, 250 grammes de poisson, 1,500 grammes de viande, 1,670 grammes de céréales, 4,100 grammes de légumes, etc., doivent être consommés par jour pour atteindre le même résultat. La même logique s’applique pour le sélénium et le cuivre. Tout en tenant compte de l’importance de la bêta-carotène et des oméga-3 EPA et DHA, le point pertinent est que, quelle que soit la quantité consommée à l’intérieur des doses recommandées, Krilex peut aider considérablement à rencontrer nos besoins nutritionnels en micronutriments sélectifs du cerveau.

Tableau 1. Contenu de l’iode, du sélénium et du cuivre de divers groupes d’aliments et de produits de santé naturels1

Groupe d’aliments et de produits de santé naturels Iode Sélénium Cuivre
Concentration (microgramme par gramme) Quantité requise2 (gramme par jour) Concentration (microgramme par gramme) Quantité requise3 (gramme par jour) Concentration (microgramme par gramme) Quantité requise4 (gramme par jour)
Krilex 52 2 4 25 4,200 60
Poisson 0.5-1.1 150 0.1-0.3 660 50-200 3,100
Oeufs 0.53 190 0.11 900 100 2,500
Fruits de mer 0.10-0.28 680 0.3-0.4 300 200-400 900
Lait 0.15 6,670 0.1-1.0 5,500 20 12,500
Noix 0.05-0.1 1,500 0.01-0.07 5,500 200-500 900
Viande 0.05-0.1 1,500 0.01-0.14 5,000 100-300 1,700
Céréales 0.06 1,670 0.03-0.09 2,200 30-200 4,800
Légumes 0.01-0.03 4,200 0.01-0.03 6,700 60-200 2,700
Légumineuses 0.02 5,000 0.02-0.10 3,000 500-2,000 300
Fruit 0.01-0.05 6,000 0.01-0.05 6,000 30-200 4,800
Huile de poisson 0 sans objet 0 sans objet 0 sans objet

1 Tiré de la référence 107, p. 133, 137, 141, sauf pour les produits de santé naturels.

2 Quantité moyenne du groupe d’aliments ou du produit de santé naturel requise pour satisfaire l’apport quotidien en iode, qui a été arrondi à une valeur moyenne acceptée de 100 microgrammes par jour pour un homme adulte.

3 Quantité moyenne du groupe d’aliments ou du produit de santé naturel requise pour satisfaire l’apport quotidien sélénium, qui a été arrondi à une valeur moyenne acceptée de 100 microgrammes par jour.

4 Quantité moyenne du groupe d’aliments ou du produit de santé naturel requise pour satisfaire l’apport quotidien de cuivre, qui a été arrondi à une valeur moyenne de 2,500 microgrammes par jour.

Nutriments sélectifs du cerveau

Les ingrédients actifs homologués de Krilex font partie d’un groupe de nutriments qui sont sélectifs au cerveau. Ces nutriments sélectifs du cerveau incluent certains micronutriments (iode, fer, sélénium, cuivre, zinc), des vitamines (vitamine A et D), et les gras oméga-3 marins (EPA et DHA) (107,108). Ils sont nécessaires pour tout l’organisme, mais plus spécialement pour le développement et pour le bon fonctionnement du cerveau humain. Ils contribuent au maintien d’une bonne santé mentale au cours de tous les âges (107,108).

La plupart des nutriments sélectifs du cerveau sont d’origine marine. Les poissons gras et les fruits de mer (mollusques et crustacés) sont parmi les meilleures sources des nutriments sélectifs du cerveau (107,108). Parmi les crustacés, le krill entier tient une place primordiale. Situé à la base de la chaîne alimentaire des océans, le krill est un plancton qui sert de nourriture à de multiples espèces d’animaux (109,110). Ainsi, les fruits de mer et les poissons tirent leurs nutriments du plancton, dont le krill entier.

Plus d’un milliard de personnes aujourd’hui ont une fonction cérébrale sous-optimale simplement parce qu’elles ont une alimentation inadéquate en iode, fer et acides gras oméga-3 EPA et DHA (65,66,107). Le cerveau est très vulnérable à une déficience fonctionnelle de ces nutriments (107). Par conséquent, une diète riche en nutriments sélectifs du cerveau s’avère être une stratégie potentiellement bénéfique pour soutenir une bonne santé mentale.

De plus en plus d’études mettent en évidence le fait que la consommation d’un aliment marin entier contenant une combinaison optimale des nutriments sélectifs du cerveau semble plus avantageuse que, par exemple, la supplémentation d’extraits d’huiles de poisson (107,111-116). En l’occurrence, puisque le DHA est le principal acide gras oméga-3 impliqué dans l’activité neuronale, les études ont mis l’emphase sur son rôle neuroprotecteur au cours du vieillissement (117-119). Malgré son importance biologique, les études cliniques chez les humains n’ont pu établir de lien clair et convaincant entre le déclin cognitif et les teneurs du DHA sanguin et celles du DHA cérébral (111,113). De plus, la supplémentation d’huile riche en DHA, seul ou en combinaison avec de l’EPA, n’a procuré que peu ou pas de bénéfices sur la progression du déclin cognitif avec l’âge et la démence (111,113,120,121). En conclusion, l’effet neuroprotecteur des aliments marins entiers dont les poissons et les fruits de mer incluant les crustacés comme le krill entier semble attribuable à la coopération de tous les nutriments sélectifs du cerveau et d’autres substances bioactives comme la niacine, la vitamine B12 et les antioxydants (111,113,114). Similairement, d’autres études ont montré que la consommation de végétaux entiers d’origine terrestre servant de sources d’antioxydants et de polyphénols contribue au maintien d’une bonne santé mentale (122). Par conséquent, il est plausible de considérer que la consommation de végétaux entiers d’origine terrestre de concert avec un apport de produits marins contribue au maintien d’une bonne santé générale incluant la santé mentale.